HOTEL GREUZE

**** Tournus, Bourgogne, France

Musée-greuze-tournus

Musée Greuze et Hôtel-Dieu, 21 rue de l’hôpital, 71700 Tournus

| 2 Commentaires

Musée Greuze, Hôtel-Dieu,

 

L’Hôtel Dieu et le Musée Greuze regroupe les collections de l’Hôpital : objets d’art, objets de culte et objets de soin et celles du Musée Greuze : archéologie, sculpture, peinture, arts graphiques et collections contemporaines.

Il s’agit d’un ensemble exceptionnel, qui a demandé 11 ans de travaux de restauration ; il rassemble un musée Hospitalier et un musée des Beaux-Arts dans un cadre architectural magnifique.

A Deux pas de l’Hôtel de Greuze, vous aurez loisir de visiter, l’exposition de peintures du Musée Greuze sur plus de 1000m² .

Les œuvres du peintre Jean-Baptiste GREUZE, né à Tournus en 1725, figurent en bonne place dans les collections, dont 2 autoportraits de l’artiste et une « Etude pour Septime Sévère et Caracalla » qui a servi pour son morceau de réception à l’Académie en 1769 ainsi qu’une très importante collection de gravures et dessins originaux. L’importance mondiale de l’artiste est attestée par la présence de ses œuvres dans les principaux musées du monde dont le Louvre, le British Museum, l’Albertina de Vienne (Autriche) et le Musée de l’Ermitage à Saint Petersbourg.

Jean-Baptiste Greuze, autoportrait

                      

Pour visiter le musée

10h – 13h / 14h – 18h  du 1er avril au 31 octobre
tous les jours sauf mardi

 

 

 tél. :     +33 (0) 3 85 51 23 50      fax : 03 85 51 36 57

L’Hôtel-Dieu,

Construit au XVIIe siècle puis agrandi jusqu’à la fin du XVIIIe, l’Hôtel-Dieu de Tournus, avec ses trois salles des malades, ne craint pas de rivaliser avec celui de Beaune.

Les lits clos de la salle des Hommes, de la salle des Femmes et de celle des Soldats, sont alignés dans des salles immenses aux plafonds de bois ouvragé.

L’apothicairerie est somptueusement décorée avec ses dizaines de pots en faïence de Nevers présentés dans des niches ornées de colonnettes de bois doré, sous un plafond peint récemment redécouvert.

On découvrira aussi la salle des étains, avec ses pichets, assiettes et plats qui servaient de vaisselle aux malades.

Un jardin de « simples » (plantes médicinales) permet de faire mieux connaissance avec les pratiques pharmaceutiques de l’époque… guère plus rassurantes que les pratiques médicales que l’on comprendra en regardant les instruments qui garnissent les vitrines.

2 Commentaires

  1. I have to thank you for the efforts you’ve put in penning this site. I am hoping to check out the same high-grade blog posts from you in the future as well. In truth, your creative writing abilities has motivated me to get my very own site now ;)

  2. I dugg some of you post as I cogitated they were handy extremely helpful

Laisser un commentaire

Champs Requis *.

*